Ballon intragastrique pour traitement de l’obesité

 
La mise en place d’un ballonnet dans l’estomac est un moyen d’obtenir un amaigrissement chez des patients souffrant d’une obésité dont l’importance est susceptible d’engendrer des risques vitaux. Il s’agit d’un dispositif provisoire destiné à modifier les habitudes alimentaires des patients obèses. La présence de ce ballonnet entraîne une réduction temporaire du volume gastrique et donc une sensation plus rapide de satiété d’où un amaigrissement.

Ce traitement est indiqué chez des patients n’ayant pu obtenir une perte de poids durable dans le cadre d’un programme d’amaigrissement surveillé.

Indications

Amaigrissement de patients excessivement obèses (IMC >40 ou 35 avec risques physiologiques graves) avant une chirurgie de l’obésité ou autre, dans le but de réduire les risques chirurgicaux.

Amaigrissement de patients obèses (IMC entre 30 et 39) dont la surcharge pondérale présente de sérieux risques médicaux ou n’ayant pu parvenir à une perte de poids durable dans le cadre d’un programme d’amaigrissement surveillé.

Amaigrissement de patients excessivement obèses (IMC 40, ou IMC 35 avec risques physiologiques graves) ne pouvant subir une chirurgie de l’obésité.

Dans tous les cas, on doit associer un régime alimentaire sous surveillance médicale à long terme et à un programme de modification comportementale destiné à maintenir durablement la perte de poids.

Mise en place du ballon

Le ballonnet est mis en place sous anesthésie générale. Le gastro-entérologue effectue dans un premier temps, une endoscopie de l’estomac afin de vérifier l’absence de lésion au niveau de l’estomac et de l’œsophage qui constituerait une contre indication à la pose d’un tel dispositif. Puis le ballonnet est plaçé dans la cavité gastrique et gonflé par un mélange de sérum physiologique et de bleu de méthylène ou d’air.

Risques liés à la présence du ballon

Il peut arriver que le ballonnet se dégonfle, dans ce cas, le bleu de méthylène mélangé au sérum physiologique situé dans le ballonnet va passer dans les urines et les colorer en bleu. Ainsi, si vos urines deviennent bleu, vous devez consulter rapidement votre gastro-entérologue. En effet, un ballonnet dégonflé doit être rapidement retiré pour éviter son passage vers les intestins. Il y aurait alors des risques d’occlusion même si le plus souvent le ballonnet s’évacue par les voies naturelles.

L’apparition de lésion gastrique comme un ulcère est prévenue par un traitement permettant de diminuer la sécrétion acide gastrique néanmoins vous devez consulter votre gastro-entérologue en cas de douleurs.

Obstruction de l’œsophage par le ballonnet devant faire réaliser une endoscopie pour retrait du dispositif ou plus rarement une chirurgie.

Echec de la perte de poids

Inconfort gastrique nausées et vomissements habituels les premiers jours mais pouvant se maintenir plus durablement.

Lourdeurs abdominales

Douleurs abdominales

Reflux gastro-oesophagien

Blocages alimentaires

Cultures bactériennes dans le ballonnet faisant risquer une infection.

Complications liées à l’anesthésie ou l’endoscopie (ballonnements, irritation de la gorge, crampes abdominales).

Toutes ces complications vous sont citées à titre indicatif, mais elles restent rares. Elles imposent de n’utiliser cette technique que si votre obésité vous fait courir un risque médical donc si votre poids relatif est supérieur ou égal à 120 % :

  • Poids relatif en % = Poids en kg / Poids idéal (IMC)

IMC = indice de masse corporelle. Il doit être supérieur ou égal à 25 Kg/m2 chez l’homme et à 27 Kg/m2 chez la femme.

IMC = Poids mesurée en Kg / Taille mesurée en m2.

Quand le poids relatif est supérieur à 200 % ou lorsque l’IMC est supérieur à 40 kg/m2, on parle d’obésité morbide. Ainsi le taux de mortalité peut doubler pour un excès de poids de plus de 40%.

Contre-indications

Grossesse et allaitement. En cas de grossesse révélée durant le traitement, il est préférable de retirer le ballonnet.

Importante hernie hiatale.

Inflammation de l’estomac

Malformation vasculaire gastrique ou varices oesophagiennes (présentent en cas de cirrhose du foie).

Sténose ou diverticule de l’œsophage

Contre indication à l’endoscopie

Troubles psychiatriques

Antécédents d’intervention chirurgicale gastrique ou intestinale

Toxicodépendance à l’alcool et aux drogues

Patients refusant de suivre un régime alimentaire.

Patients sous anticoagulant ou aspirine au long cours.

Effets secondaires

Chaque patient réagit différemment mais, le plus souvent, les premiers jours sont marqués par des vomissements fréquents obligeant à fractionner les repas et à modifier votre alimentation qui sera liquide les premiers jours puis mixée pour se normaliser en une dizaine de jours. Il vous faudra néanmoins éviter certains aliments, nous vous proposons un régime un peu plus loin. La présence du ballonnet dans l’estomac vous amènera à réduire votre alimentation afin de vous aider à adopter une attitude alimentaire différente. Par ailleurs, l’amaigrissement que vous aurez obtenu grâce à ce dispositif va réduire vos besoins énergétiques et devrait ainsi vous permettre de maintenir cet amaigrissement.

Vous devez consulter rapidement votre gastro-entérologue en cas :

  • de coloration bleue des urines (vérifier à chaque fois que vous urinez)
  • de douleur abdominale
  • de vomissements importants des liquides, le risque étant la déshydratation
  • de vomissement sanglant
  • de découverte d’une grossesse
  • de toute douleur ou sensation inhabituelle

Votre régime après mise en place du ballonnet

1er Jour
 

Seuls les liquides sont autorisés, par petites quantités à avaler régulièrement sur toute la journée : thé ou tisane sucrés, eau.
 

2ème Jour
 

On introduit les bouillons de volaille. Les liquides doivent être avalés par petites gorgées réparties sur la journée.

Si l’on privilégie les repas liquides, cela n’autorise pas les substituts de repas.

Si les vomissements empêchent toute prise de liquides, contacter votre gastro-entérologue.
 

3ème Jour
 

Si l’alimentation liquide n’a pas provoqué trop de vomissements, on peut démarrer les aliments mixés, les légumes pauvres en fibres uniquement : purée de carottes ou de pomme de terre. On ajoute également des céréales cuits : gâteau de semoule, riz au lait, bouillons de vermicelles.

Matin :

  • thé ou café sucré avec ou sans lait écremé
  • 2 biscottes trempées et bien mâchées

Déjeuner :

  • Purée de pomme de terre (50 g environ) assez liquide (à diluer avec du lait écremé)
  • Semoule au lait ou riz au lait

Diner :

  • Purée de carottes (50 g environ) assez liquide (à diluer avec du lait écremé)
  • Semoule ou riz au lait

Boire de l’eau par petites gorgées en fin de repas et toute la journée. Les tisanes et thé sucrés sont autorisés en dehors des repas. Les liquides avalés en grande quantité ou trop rapidement font descendre le ballonnet contre le pylore, à l’origine de vomissements alors qu’avalés en petites quantités, ils font au contraire remonter le ballonnet vers la grosse tubérosité gastrique .

Vous pouvez ajouter des collations avec du thé ou de la tisane sucré.

 
4ème Jour
 
Vous continuez à mixer vos aliments mais vous pouvez commencer la viande.

Petit déjeuner :

  • Thé ou café sucré
  • Biscottes ou toast bien mâchés

Commencez toujours par les aliments solides et gardez le liquide pour la fin du repas, en l’absorbant par petites gorgées.

Déjeuner :

  • Un filet de collin ou autre poisson non gras
  • 50 g de purée de pomme de terre au lait écrémé
  • Un yaourt sucré au miel

Dîner :

  • 1 tranche de jambon maigre mixé
  • 50 g de purée de carottes au lait écrémé
  • Une compote de fruit

L’idéal est de cuisiner soi-même. Si vous n’avez pas le temps de cuisiner, utiliser des aliments congelés et surtout pas des boîtes de conserve. Préférez les compotes de fruit sans sucre au rayon frais.

Boire de l’eau en fin de repas par petites gorgées. Si les vomissements restent importants, fractionnez vos repas.

 
A partir du 5ème Jour
 

Si votre estomac commence à bien s’adapter au ballonnet, c’est à dire si les vomissements deviennent moins fréquents, vous pouvez reprendre une alimentation normale en mâchant bien les aliments, en les coupant en petits morceaux. Dans le cas contraire, continuez à les mixer.

Comme nous vous l’avons conseillé ci-dessus, essayez de cuisiner vous même le plus possible et dans le cas contraire, préférez les aliments congelés.

Évitez les légumes très fibreux qui se bloquent autour du ballonnet :

  • Asperges
  • Endives
  • Poireaux
  • Epinards en branches, les manger mixés
  • Celeri sauf en purée
  • De même, certains fruits sont à éviter lorsqu’ils sont trop fibreux comme l’ananas.

Préférez les légumes aux pâtes ou au riz. Gardez des féculents 2 à 3 fois par semaine et sans ajouter de crème ou de fromage, ne mettez qu’un peu de beurre allégé.

Évitez les boissons sucrées sauf si les vomissements ne vous permettent pas de manger et, dans ce cas, prévenez votre gastro-entérologue. Pas de boisson gazeuse.

Exemple de menus

Petit déjeuner :

  • Thé ou café sucré avec de l’aspartam ou du miel (avec le thé)
  • 2 Toasts ou biscottes bien mâchées

Collation de 10 h : un yaourt

Déjeuner :

  • Concombres à la vinaigrette (huile d’olive, vinaigre et sel)
  • Steack haché grillé (80 g)
  • 50g de courgettes cuites dans l’huile d’olive ou une huile enrichie en acides gras essentiels (type Isio 4)
  • Un laitage allégé : yaourt ou petit suisse
  • Un fruit
  • Crackers ou un toast

Collation de 16 h : un fruit frais

Dîner :

  • Potage de légumes ou bouillon de vermicelle
  • Fromage (20g)
  • Compote de fruit ou fruits frais écrasés